Un climat positif pour une culture de croissance

Si tu avais à décrire la culture de ton école, que dirais-tu? Et si les élèves, les parents, ou le personnel de ton école avaient à décrire la culture, que diraient-ils?
Le terme culture d’école se réfère à nos croyances, nos attitudes, nos perceptions, nos façons de faire, et la nature des relations développées dans notre école. Il se réfère aussi aux règles connues et inédites. Je dirais même qu’une culture d’école est un genre d’écosystème relationnel pédagogique. Et comme tout écosystème, il y a une fragilité inhérente, mais aussi une complexité remarquable.
À la lumière de ceci, comme leader, comment faisons-nous pour demeurer au courant du vrai pouls de notre culture d’école?
Que nous l’acceptons ou non, même si nos actions ne changent pas lors de notre transition à un poste de leadership, notre position fait en sorte que nous n’avons plus accès à certaines voies d’information que nous avions avant. L’auteur Ed Catmull en parle justement dans son livre Creativity Inc. Voici un passage:

As my position changed, people became more careful how they spoke and acted in my presence. I don’t think my actions changed in a way that prompted this; my position did. And what this meant was that things I’d once been privy to became increasingly unavailable to me.” – Ed Catmull

Il continue en disant que plusieurs nouveaux leaders font l’erreur de supposer que leur accès à ces voies d’information ne change pas. Il nomme ce phénomène “The Hidden”: un angle mort qui échappe notre champ de perception.
Ce passage me rappel de l’importance d’être continuellement et intentionnellement à la recherche de ces angles morts. Quelles seraient les répercussions sur la culture de notre école si nous les ignorons? Catastrophe probable! Nous sommes les gardiens de la culture, alors ça revient au leader d’être le rassembleur des champions de celle-ci.

Maintenir un climat positif, ça commence avec soi-même.

Nous avons tous une responsabilité de contribuer au maintien d’un climat positif. Mais comme dans tous les lieux de travail, parfois il y a des moments durant lesquels les choses vont moins bien, et que le négatif tente d’infiltrer l’écosystème.
Quelle disposition adoptons-nous dans de telles situations? 
Est-ce que nous devenons facilement contaminés par le négatif? Notre première réaction est-elle de se plaindre ou de juger? Devenons-nous facilement frustré?
ou
Sommes-nous rapides à contrer le négatif? Démontrons-nous de l’empathie en offrant de l’aide ou des solutions au lieu de porter jugement?
Prenez quelques instants afin d’y réfléchir et de vous situer. Quelle est votre disposition?
Développer et maintenir un climat positif, ça débute avec soi-même. Chaque personne a le pouvoir de choisir comment elle réagira dans une situation particulière. Et cette réaction peut avoir une influence incroyable sur le climat, tant positive que négative. Comme l’a si bien dit le Dr. Anthony Muhammad: “Frustration is the kryptonite to healthy culture.” C’est tellement vrai, et c’est aussi tellement important de se le rappeler.
ClimatPositif

Entretenir notre jardin

Nous pouvons comparer le climat à un jardin: il faut l’entretenir continuellement, à tous les jours, afin de pouvoir cultiver sur une base régulière les richesses qu’il produit. Ces richesses sont essentielles à notre survie: c’est ce qui nous alimente, ce qui nous garde vivants. Si nous laissons tomber cet entretient, nous risquons perdre notre récolte, et nous mettons notre bien-être et celui des autres à risque.
Un jardin ne produit pas une récolte du jour au lendemain. Il faut du temps, et nous devons labourer.
Il va de même pour le climat dans votre lieu de travail.
Un climat positif n’est pas un produit qui apparaît instantanément. Nous devons y labourer continuellement afin de pouvoir y récolter les bienfaits. Voici quelques actions essentielles au maintient d’une culture positive:
  • Investir en soi-même et dans les individus (croissance personnelle et professionnelle
  • Bâtir et maintenir des relations de confiance (pouvoir se dire les vraies choses, être francs et honnêtes, pouvoir accepter la rétroaction de nos collègues sans se sentir jugés)
  • Célébrer les succès, et célébrer chaque individu
  • Avoir des attentes élevées envers nous-mêmes et les autres, être modèles
  • Établir une vision commune qui est connue et qui est communiquée souvent à tous les niveaux
  • Se rencontrer en équipe régulièrement
Comment faites-vous dans votre milieu de travail afin de récolter les richesses que nous donne un climat positif? Parmi la liste d’actions ci-dessus, comment pourriez-vous exercer votre leadership afin de passer à l’action, exercer de l’influence, ayant ainsi un impact positif? Je vous lance le défi!
Je vous invite de nous partager, en laissant un commentaire, les différentes activités que vous mettez en place et qui contribuent à un climat positif dans votre milieu de travail.
Je suis certain que nous pouvons tous bénéficier de ce partage!

  4 comments for “Un climat positif pour une culture de croissance

  1. Lara M
    April 7, 2019 at 11:43 am

    Le personnel est invité à partager un bon coup d’un collègue au début des réunions du personnel et dans les communiqués de la semaine du personnel

    • April 7, 2019 at 11:54 am

      Quelle belle façon de célébrer un collègue, et de reconnaître ses belles contributions. Merci du partage Lara!

  2. April 8, 2019 at 1:23 pm

    “As my position changed, people became more careful how they spoke and acted in my presence.” Cette phrase est très révélatrice de l’ignorance dont nous sommes généralement de notre autorité, qu’elle soit hiérarchique ou sociale. Le sujet est particulièrement difficile en ce qu’il est perçu différemment en fonction des acteurs avec qui nous interagissons.

    • April 8, 2019 at 3:39 pm

      Tellement vrai François. J’apprécie la référence que l’auteur fait par rapport au terme “The Hidden”: des angles morts que nous ne voyons pas, mais que nous devons en être continuellement à la recherche. Merci!

Leave a Reply

%d bloggers like this: