Opportunités et incertitudes

Prends 30 secondes pour penser à une opportunité qui s’est présentée devant toi au courant des 12 derniers mois. Une opportunité se présente sous une forme ou une autre: un affichage de poste, une invitation pour animer une formation, suivre un cours de perfectionnement professionnel, la chance de développer davantage ta relation avec quelqu’un, ou même t’engager à une routine de conditionnement physique.

En considérant cette opportunité, est-ce qu’une des phrases suivantes t’avait traversé l’esprit ?

“Est-ce que je veux vraiment faire ça ?”

“Est-ce que je devrais m’essayer ?”

“Je ne devrais pas faire ça !”

Ce n’est pas évident prendre un risque. Ça prend du courage. Mais comme nous le savons bien, les opportunités sont souvent (si pas toujours) entourées d’incertitudes. Et en retour, cette incertitude devient trop souvent source d’anxiété et de doutes.

Mais qui est cet imposteur ?

As-tu déjà porté une attention particulière à ta petite voix d’intérieur ? Maintenant que tu y penses, est-elle généralement positive ou négative, en particulier lorsque tu te retrouves devant une opportunité et ses incertitudes ? Cette petite voix qui nous fait nier nos compétences nous privant donc de succès potentiel est, en fait, l’imposteur. Personne n’est à l’abri du syndrome de l’imposteur. Alors que j’écris ce billet de blogue, depuis quelques jours maintenant mon petit imposteur frappe à la porte avec une persistance que je n’ai pas connue depuis un bon bout de temps. Pour être très honnête, je n’aime pas le feeling du tout, et je le trouve pas mal fatigant. Comment puis-je m’en débarrasser ?

J’aborde régulièrement le sujet du syndrome de l’imposteur pendant des sessions de coaching. Souvent, la personne cherche à savoir comment elle peut faire taire cette petite voix décourageante.

Ma suggestion: il ne faut pas faire taire, mais changer plutôt ses propos.

On peut commencer en reconnaissant que cette voix existe, et entendre ce qu’elle dit. On ne peut pas changer quelque chose sans en être conscient. Et souvent, il y a des émotions qui y sont attachées. Il faut reconnaître que ces émotions existent et les ressentir.

Maintenant, faisons un peu de travail cognitif: recadrer et réinterpréter le sens de la situation qui a provoqué l’apparition de l’imposteur. Est-ce qu’on peut voir la situation d’une autre perspective ? Quels sont les éléments positifs ? Est-ce que la situation est dans ta sphère de contrôle ? Il faut s’écouter en réfléchissant, même réfléchir à haute voix (approche réfléchir et répondre). Voilà le processus à suivre chaque fois que l’imposteur fait surface. Avant longtemps, on sera en mesure d’exercer un meilleur contrôle sur la conversation avec soi-même 🙂

Chose certaine, les opportunités sont toujours entourées d’incertitudes. Il ne faut pas laisser à la peur la place que devrait occuper le progrès.

Leave a Reply

%d bloggers like this: