L’aigle et le corbeau

Source: Facebook

Le seul oiseau qui picorera un aigle est le corbeau. Il s’assoit sur le dos de l’aigle et lui mord le cou. Toutefois, l’aigle ne se bat pas avec le corbeau. Il ouvre simplement les ailes et commence à s’élever plus haut dans le ciel. Plus le vol est haut, plus il est difficile pour le corbeau de respirer. Finalement, le corbeau tombe en raison d’un manque d’oxygène.

J’ai bien apprécié cette anecdote que j’ai retrouvée dans un groupe privé sur Facebook (pour les personnes intéressées, le groupe se nomme Principal Life). D’ailleurs, le timing était bon, et la réflexion m’a fait du bien. De temps à autre, je dois faire un reboot de ma mentalité de croissance.

Suite à un début d’année scolaire assez particulier, ainsi qu’un déménagement en fin septembre, mon engin de créativité a connu un calage au courant des derniers deux mois. Et si vous êtes comme moi, bien ma créativité, c’est un de mes plus grands motivateurs. Lorsque je suis en mode de créativité, je me sens énergisé, inspiré, et motivé. Je me sens vivant et dans mon état naturel.

Quels sont vos corbeaux?

Un de mes objectifs cette année est de développer mon habileté à vivre des moments de pleine conscience. Lors des entrainements, j’identifie les éléments qui me causent du stresse afin de pouvoir traiter des sentiments qui s’y rattache. J’évalue à savoir si ces éléments sont dans ma zone proximale d’influence – si oui, je suis habituellement en mesure de réduire considérablement le niveau de stress qui s’y rattache. En faisant un lien avec l’anecdote de l’aigle et du corbeau, je réalise que finalement, je cherche à identifier les corbeaux qui picorent mon cou.

Dans la vie, les corbeaux, bien il n’y en manque pas. Ils peuvent se manifester sous différentes formes: une personne, un objet, ou une situation dans laquelle nous nous retrouvons. Même que parfois, je découvre que le corbeau qui picore est la personne que je vois dans la réflexion de mon miroir.

La première étape de mon entrainement de pleine conscience est d’identifier mes corbeaux: je ne peux pas traiter ce que je ne connais pas. Une belle pratique est de tenir un journal (ou ajouter à un journal existant) dans lequel nous énumérons nos corbeaux. Ensuite, il s’agit de déterminer si chacun est dans ma zone proximale d’influence. Si oui, j’indique une action concrète que je m’engage à faire afin de les éliminer.

Les corbeaux affluent

Je lis présentement Think Like a Monk par Jay Shetty. Dans son livre, il nous explique comment une personne qui est souvent négative a tendance à développer l’habitude de toujours être à la recherche d’éléments négatifs. Nous vivons tous des moments durant lesquels nous pouvons être négatifs. Pensez à la dernière fois que vous étiez dans cet état: n’est-ce pas vrai que nous avons tendance à rechercher le négatif ailleurs? C’est comme si un nuage se crée autour de nous, tout comme un nuage de corbeaux qui affluent dans le ciel ou bien dans un arbre. La négativité attire la négativité. Quelle est votre stratégie qui vous aide à dissiper vos corbeaux et vous permet de regagner votre élan positif ?

Arrêtez de perdre votre temps avec les corbeaux. Élevez-les à votre hauteur et ils disparaîtront.



Categories: Bien-être, Leadership

Tags: , , , , ,

1 reply

Trackbacks

  1. This Week in Ontario Edublogs – doug — off the record

Leave a Reply

%d bloggers like this: