Ce n’est pas la destination qui compte

As-tu déjà observé quelqu’un accomplir une certaine tâche ou activité, pour ensuite se dire: “J’aimerais pouvoir faire ça !” Un collègue qui écrit un livre, une direction d’école qui se souvient du prénom de chacun de ses 300 élèves, ou même une enseignante qui présente un TED Talk. Personnellement, j’aimerais bien depuis quelques années maintenant écrire un livre portant sur le leadership, et lorsque je vois des gens dans mon réseau publier des livres, je me dis: “J’aimerais pouvoir faire ça.”

Jay Shetty nous raconte une expérience intéressante qu’il a vécue à ce sujet lorsqu’il était moine. La voici:

Suite à une période de méditation, Jay marchait dans les couloirs du monastère, accompagné d’un moine chevronné. Durant cette marche, le moine chevronné fait mention des accomplissements de certains autres moines qu’ils perçoivent en passant:

“Ce moine peut méditer pendant 8 heures consécutives”. Un peu plus loin: ” Celui-ci jeûne pendant 7 jours.” En pointant à un autre moine, il dit: “Tu vois la personne assise sous l’arbre ? Elle peut réciter chaque verset de l’Écriture.”

Très impressionné, Jay lui répond: “J’aimerais bien pouvoir faire ça!”

C’est alors que le moine chevronné se retourne pour lui poser la question: “Souhaites-tu pouvoir faire cela, ou souhaites-tu pouvoir apprendre à faire cela ?”

“Que voulez-vous dire ?” lui répond Jay.

Le moine explique: “Pense à ce qui te motive. Est-ce que tu veux mémoriser tous les versets de l’Écriture car ça serait un accomplissement impressionnant, ou est-ce que tu veux acquérir l’expérience d’avoir étudié les versets ? Chez le premier, tu ne veux que le résultat. Mais chez le deuxième, tu es curieux de ce que tu pourrais apprendre du processus.”

Wow ! Quelle belle leçon. Cette histoire m’apporte à poser la question suivante: comment souvent est-ce qu’on arrête pour remettre en question le “pourquoi” de ce qui nous motive à vouloir atteindre un résultat ? Pourquoi sommes-nous prêts à faire le nécessaire afin d’atteindre la cible ? Cette remise en question peut nous aider à découvrir nos motivateurs, ce qui nous pousse à faire ce que nous faisons.

Quel est ton “rush” ?

Pense maintenant à ton parcours de croissance. Qu’est-ce qui te motive à vouloir devenir une meilleure version de toi même ? Pour certaines personnes, c’est d’atteindre un statut social, ou d’obtenir le plus grand nombre de clics sur le bouton “suivre” dans les médias sociaux. Pour d’autres, c’est le rush de savoir que nos collègues nous consultent à cause de nos savoirs et expériences. Et si le motivateur était le rush de découvrir soi-même, de se voir grandir, de cibler des objectifs toujours plus haut ? L’introspection est donc importante, n’est-ce pas ?

Ce n’est pas la destination qui compte

Mes parents m’ont toujours dit de ne pas me comparer aux autres: “Ce n’est pas constructif” disent ma mère et mon père. Une des plus grandes leçons que j’ai apprise durant mon parcours de croissance comme leader, c’est que je dois toujours me comparer à moi-même, et non pas aux autres afin de mesurer mes progrès. Et pour le faire, bien ça prend de l’introspection et de la réflexion. C’est mon parcours que je dois analyser, et non pas la destination. Et c’est justement le message que voulait transmettre le moine chevronné à Jay. Les meilleurs moments d’apprentissage se retrouvent en marchant sur le chemin: c’est là que ça se passe, le processus, “dans le jus” comme on le dit.

Mais comment est-ce qu’on peut y arriver ? Comme première étape, on peut changer la façon d’établir nos objectifs. Du moins, se le dire (ou écrire) d’une différente façon. Voici quelques exemples:

  • Au lieu de “Je veux devenir un leader”, il faut dire “Je veux apprendre à être un leader”
  • Au lieu de “Je veux réparer ma voiture”, il faut dire “Je veux apprendre à réparer une voiture”
  • Au lieu de “Je veux être en bonne santé”, il faut dire “Je veux apprendre à être en bonne santé”

Comme l’a si bien dit le moine chevronné, l’important, c’est d’être intentionnel à apprendre au courant du processus.

Si on revient à nos trois exemples plus haut: en adoptant cette vision, je peux donc:

  • Poursuivre à devenir un leader pendant toute ma vie
  • Poursuivre mon apprentissage à pouvoir réparer différentes voitures
  • Adopter pendant toute ma vie les bonnes habitudes qui m’aideront à être en bonne santé

Apprendre à apprendre, c’est ce le cadeau qu’offre le processus tout au long du chemin.



Categories: Leadership, Productivité

Tags: , , , ,

Leave a Reply

%d bloggers like this: